COMPLET

Toutes les harmonies du monde, nous ont poussés l’un vers l’autre et il y a entre nous un abîme éternel

Toute la relation de George Sand et Alfred de Musset est dans cette phrase. Elle fût ambiguë, passionnelle, amicale, maternelle, fraternelle. La correspondance abondante qu’ils eurent, témoigne de cette liaison.

Le temps d’une soirée théâtrale, venez découvrir un des plus beaux échanges épistolaires amoureux jamais écrits, dans une mise en scène originale entièrement construite autour des lettres de George Sand et d’Alfred de Musset.

Comédiens :
Adrien Capitaine
Célia Nevert

La question qui s’est posée, c’est la représentation de cette correspondance. Elle trouva sa réponse dans la vertu documentaire de leurs échanges, simples, mais néanmoins d’une grande valeur littéraire, nous impliquant dans leur intimité.
La relation amoureuse de George Sand et Alfred de Musset possède ce qui nous paraît être une des caractéristiques essentielles du romanesque : l’impossibilité de faire coïncider dans la recherche du bonheur, la rêverie et le Fantasme avec la réalité toujours instable et mouvante des sentiments.
C’est dans cette non-coïncidence, ce décalage incessant, que vont s’insinuer et s’exprimer le conflit entre l’imagination, parfois exaltée des personnages et les situations concrètes dans lesquelles ils sont plongés : la maladie, l’incompréhension, la séparation.
Cette dramaturgie de contrariété entraîne les péripéties du cœur, les va-et-vient de l’âme.
C’est dans leur correspondance abondante, que leur relation amoureuse s’est magnifiée et qu’elle trouve aujourd’hui par la trace qu’elle laisse, sa résonance.

Abder Mehdi, metteur en scène